Mon premier est un pervers nécrophile.
Mon second est un pervers zoophile.
Mon troisième est un raciste antimilitariste.
Mon quatrième est slave.

Et mon tout est un ancien comptoir de la Compagnie française des Indes.

Réponse : Pondichéry.

Mon premier est un pervers nécrophile, c’est pon. Parce que pon suce pendu (pont suspendu).
Mon second est un pervers zoophile, c’est di. Parce que di tire en bique (dithyrambique).
Mon troisième est un raciste antimilitariste, c’est ché. Parce que ché chia sur la tête d’un zouave (chéchia sur la tête d’un zouave).
Mon quatrième est slave, c’est ri, suivez-moi bien. Ri est égal à li, parce que ri vaut li (Rivoli). Li c’est la même chose que ni, parce que li vaut ni (Livonie). Ni vaut do (niveau d’eau). Autrefois do se disait ut. Et ut est russe (utérus).

Mon tout est donc Pondichéry.

Très plaisante charade à tiroirs, dont j’ignore malheureusement l’auteur, que l’on m’a raconté il y a des années et que je ne me lasse pas de sortir pour briller en société.

Alors toi aussi apprends par cœur ce jeu de mot et raconte-la toi devant beau-papa.