Drapeau islandaisDepuis 2009 une révolution est en marche en Islande. Une révolution qui semble enfin aboutir après plus d’un an de manifestations et actions citoyennes et dont je n’avais pas entendu parler jusqu’à hier. Et pour cause : les médias francophones sont restés muets sur l’affaire durant tout ce temps.

Censure volontaire ? Incompétence des médias ? Dans les deux cas l’affaire est inquiétante. Que peut-il bien se passer en Islande pour que certains tiennent à ce que nous n’en sachions rien ?

L’Islande, pays capitaliste par excellence, a été très durement mis à mal par la crise financière de ce début de siècle. Le PIB a chuté d’une manière spectaculaire jamais vue en Europe entraînant une dévaluation de la couronne Islandaise de 50 % par rapport au dollar. Trois grandes banques du pays, gelées dans plusieurs pays du nord, ont fait faillite suite à l’irresponsabilité de leurs dirigeants capitalistes. Le pays survit grâce à l’injection — fort faible — de 2,1 milliards de dollars de la part du FMI.

En février 2009 le premier ministre de droite est renversé par la population islandaise qui manifeste bruyamment à grands coups de casseroles et autres ustensiles de cuisine entrechoqués. Un gouvernement de gauche est constitué, sans le moindre résultat notable. La gauche est renversée elle aussi pour avoir mené une politique de droite. L’ancien « Eldorado de l’Arctique » n’est plus.

L’Islande en a marre et impose un référendum au gouvernement pour ne pas avoir à rembourser les banques qui l’ont plongé dans cette merde noire. Une victoire à 93 % contre le-dit remboursement ! Si ça ce n’est pas la voix du peuple. Les banques sont alors nationalisées pour sauver l’économie du pays.

En novembre dernier les Islandais en colères sont à l’origine de l’élection, accessible à tous, d’une Assemblée constituante démocratique de 25 personnes issues de la plèbe, chargée de réviser la constitution Islandaise d’une manière anti-capitaliste. L’adhérence du pays à l’Union européenne est aussi remise en question pour des raisons de stabilité financière.

Une révolution pacifique démocratique anti-capitaliste. Voilà ce qui effraie nos politiques. Affligeant n’est-ce pas ?

La démocratie et le bien-être d’un peuple sont-ils si dérangeants pour notre gouvernement ? L’Islande risquerait-elle de devenir un modèle pour les Français et de nous ouvrir les yeux sur notre réelle condition ? Imaginez une France sans corruption (Ben Ali est un petit joueur à côté de Nicolas Sarkozy) où les hommes seraient libres. Un président et des ministres qui n’auraient pas accédé à ces fonctions pour s’en foutre plein les poches mais pour le bien général de la population. Un pays riche et grand qui serait le nôtre.

C’est ce qu’ils ne veulent pas que vous imaginiez.

 

Sources

Le Figaro (2009, rappel des faits)
Le Post
Média Libre Europe
Le Geektionnerd
Faites tourner !

Publicités